Pour aider vos proches à comprendre votre démarche

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Lorsque vous faites un régime minceur la volonté est votre principal atout. Vos chances de réussite seront supérieures si vous êtes épaulé(e) par votre entourage.

Votre conjointe

Son rôle

Même si vous n’informez pas directement votre conjoint que vous entamez une période de régime alimentaire, il est de grandes chances pour qu’il s’en aperçoive : votre attitude lorsque vous prenez vos repas en commun, le contenu des placards et du réfrigérateur changent, votre silhouette aussi.

Il est important que votre conjoint vous soutienne dans votre effort, en évitant de critiquer votre projet ou en ingurgitant devant vous vos mets préférés (et interdits).

Maigrir pour qui ?

Avant tout, il est bon de savoir pour qui vous maigrissez. Est-ce pour vous ? Est-ce pour votre conjoint ? Est-ce ce dernier qui vous en a fait la demande, ou vous-même qui avez pris la décision de vous affiner pour lui plaire davantage ? Est-ce sur avis médical ?

Il est certain que votre motivation ne sera pas la même si vous avez pris vous-même la décision de perdre du poids ou si l’on vous a «forcé la main». Nombre de régimes échouent parce que le candidat à l’amincissement subit la pression de son entourage, alors que lui-même n’est pas encore prêt à perdre du poids.

Poids des mots, poids des kilos

Certains conjoints particulièrement pervers feignent d’encourager leur «moitié» à suivre un régime, tout en la soumettant sans relâche à la tentation. Dans ces conditions, il n’est pas rare que l’amincissement échoue. La personne en échec se sent alors incapable et coupable, et peut renoncer définitivement à perdre du poids.

Pourquoi certains conjoints adoptent-ils cette attitude ? Tout simplement parce qu’ils tirent un avantage de l’obésité de leur conjoint; ainsi, ils ne craignent pas, par exemple, que l’époux(se) obèse plaise à d’autres. Ou encore ils tirent parti du sentiment de culpabilité de leur compagnon trop rond, ce dernier multipliant ses efforts pour être agréable à l’autre, malgré ses kilos.

Un personnage de poids

Etre trop gros, cela peut être également un procédé pour rester, au sein du couple, une personne «de poids». Il faut alors aller chercher une solution au niveau du dialogue — ou plutôt du manque de dialogue — et des rapports de force enracinés au sein du duo.

Vos enfants

Ceux par qui les kilos arrivent

«Un enfant en plus, une dent en moins»… et un certain nombre de kilos en excès !, constatent chaque année les jeunes mamans. Théoriquement, vous avez un an pour reperdre vos kilos. Inutile de vouloir mincir trop vite, sous peine de voir vos chairs, déjà soumises à rude épreuve avec la grossesse, s’affaisser.

Quoi qu’il en soit, moins vous prendrez de poids durant votre grossesse, moins importantes seront vos difficultés pour retrouver votre silhouette de jeune fille. Néanmoins, il est nécessaire de perdre de 9 à 10 kg en neuf mois.

Rondeurs maternelles, rondeurs rassurantes

On associe souvent l’idée de la maman à celle de la rondeur et de la douceur : poitrine généreuse, giron accueillant, cuisses larges.

Difficile, quand cette image est bien ancrée dans sa tête, de rester (ou de devenir) une femme liane. Beaucoup de jeunes mères renoncent inconsciemment à la minceur parce que dans leur esprit, maternité est synonyme de rondeur.

D’autres ont tout simplement renoncé à séduire, ne serait-ce que leur époux, puisque maintenant, elles sont mères. Jusqu’au jour où ce dernier rôle ne leur suffit plus, et qu’elles souhaitent retrouver une silhouette plus svelte.

Maman, tu attends un bébé ?

Certaines jeunes femmes ont donné la priorité à l’éducation de leur enfant durant les premières années de sa vie, pour s’apercevoir un beau matin qu’elles ont gardé un corps de femme enceinte ! Pas évident d’entendre la vérité de la bouche de cet enfant qui, finalement, est «responsable» de ces kilos en trop !

Un tel incident peut déclencher chez la jeune maman une prise de conscience tout à fait bénéfique. Il y a encore une vie après la maternité !

Vos parents

Il n’est pas rare que les parents des candidats à l’amincissement «boudent» le régime de leur rejeton ou tentent à tout prix de ie faire capoter. Car pour eux, vous êtes en train d’aller à rencontre de votre nature, leur nature… Ils peuvent éprouver le sentiment que vous niez vos origines. L’acte de se nourrir n’est pas un geste anodin. Durant la première période de la vie, il passe par la mère. La plupart des anorexies et des boulimies sont le signe d’un conflit inconscient entre l’enfant et son entourage, une manière de protester par le refus ou l’excès de nourriture.

Rassurez vos parents en leur disant comme vous vous sentez bien depuis que vous avez commencé à perdre du poids, ou mieux, ne leur soufflez pas un mot de votre projet, sous peine de vous voir submergée par les tablettes de votre chocolat préféré !

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>